Погружение в классику
Погружение в классику
RSS
аудио
Меню сайта
Поиск
по заголовкам
по всему сайту
поиск от Google

Из нашего архива
Родион Щедрин - Кармен-сюита & Концерты для оркестра №№ 1 & 2 (Российский национальный оркестр, дир. Михаил Плетнев) [аудио]
В.А.Моцарт. Коронационная месса (ape) [аудио]
Поет Чечилия Бартоли. Моцарт – Арии, Дуэты и Трио из опер. [аудио]
Календарь новостей
«  Сентябрь 2011  »
ПнВтСрЧтПтСбВс
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

Приветствуем Вас, Гость.
Текущая дата: Пятница, 15 Ноября 19, 08:43
Главная страница » 2011 » Сентябрь » 30 » Флориан Леопольд Гассман. Опера-сериа (опера-буффа :) L'opera seria
Флориан Леопольд Гассман. Опера-сериа (опера-буффа :) L'opera seria

Теги: Гассман, Rene Jacobs, Опера

Florian Leopold Gassmann


(1729 - 1774)


L'opera seria

Комическая опера в 3 действия , на слова Ranieri de' Calzabigi по Метастазио (Вена, 1769)

Ritornello, испонитель главной роли : Mario Zeffiri

Sospiro, композитор: Jeremy Ovenden · Delirio, поэт: Klaus Hаger

Fallito, импрессарио:Pietro Spagnoli · Passagello хореограф: Riccardo Novaro

Stonatrilla, примадонна: Alexandrina Pendatchanska

Smorfiosa, исполнительница второй роли: Miah Persson

Porporina, исполнитель второй роли: Janet Williams

Befana, Smorfiosa: Dominique Visse

Caverna, мать-> Stonatrilla: Stephen Wallace · Bragherona, мать-> Porporina: Curtis Rayam

Concerto Koln, руководитель Rene Jacobs


Даже без видеоряда с кривляниями эта опера прекрасна. Маэстро Гассман обрисовал все или почти все огрехи оперного жанра и постановок своего времени. Вампука, принцесса Африканская в своём роде далеко не уникальна :)


De Charybde en Sylla

Le rideau s'ouvre : au fond de la scène, en arrière-plan, une photo du Théâtre des Champs-Élysées fait effet de miroir ; nous nous trouvons dans les coulisses même de notre propre salle. Et ces coulisses sont encombrées d'accessoires hétéroclites : des poissons en mousse, une fausse tête d'ours, des rapières en bois, des oriflammes, des étendards aux couleurs passées, du mobilier de théâtre au style indéterminé... Visiblement, cette maison d'opéra est loin de l'opulence : la troupe n'a que peu de moyens et le spectacle qui s'y prépare fera large place à la récupération de ces briques et brocs. L'impresario, qui s'appelle "Faillite" (!), contemple, navré, les pages de partitions composées par ces deux artistes prétentieux : le fat librettiste "Délire" et le désastreux compositeur "Soupir". Nous sommes au matin de la première, et les chanteurs vont (seulement) faire leur arrivée. Trois prime donne, "Détonante", "Mijaurée" et "Porporine", flanquées de leurs mamans acariâtres (jouées par trois hommes) - mères plus maquerelles que duègnes ; enfin, précieux et non moins vaniteux, le primo uomo "Ritournelle". La compagnie est complétée par un Maître à danser nombriliste. Chacun des protagonistes est visiblement déterminé à ne servir que sa propre gloire. Cet acte d'exposition s'achève sur un ensemble burlesque : les "stars" se voient présentés livret et costumes, chacun est mécontent ou de sa traîne ou de son chapeau ou de sa place sur l'affiche ; aucune note d'Oranzeb, l'opera seria en devenir, n'a été jouée que règne déjà la cacophonie. Cela promet ! 



Les choses se bousculent à l'acte deux, qui nous fait vivre les répétitions : les caractères, défauts et caprices s'affirment, on change, qui la musique, qui les paroles, on improvise de nouvelles ornementations, on tente d'apprendre à jouer la comédie. Même l'orchestre est mis à contribution : le "compositeur", volant la baguette à René Jacobs, dirige un instant la formation pour quelques mesures fort discordantes... Les gags s'enchaînent au fur et à mesure de la répétition des morceaux. Le divo, arrangeant les paroles selon son (petit) niveau de compréhension, est ballotté de "Charybde en Sicile" au cours d'une aria dont les textes décrivent une tempête, mais dont le rythme est celui d'un "air de sommeil". La diva se suicide au son de vocalises ridicules et hors de propos. Enfin le sommet du délire est atteint lors de l'aria del paragone (air d'imitation) parodique de Porporine, où le grand guerrier victorieux se compare à un dauphin sautillant parmi les thons. À cet instant, le public n'est plus qu'un immense éclat de rire ; et l'on ne se souvient pas s'être amusé aussi franchement à l'opéra.

Le dernier acte va nous permettre enfin d'assister à la représentation proprement dite. Après les répétitions ubuesques du deuxième acte, on attend avec impatience le naufrage inévitable. Le rideau s'ouvre sur un décor kitchissime d'inspiration hindoue : Lakmé revu par les Pieds Nickelés ! L'enchaînement des airs est d'un burlesque débridé, le spectacle dépasse le pire amateurisme.

Et, très vite, la claque, dispersée dans la salle, prend la parole pour "sortir" les chanteurs en perdition ; et il est amusant de constater combien cet artifice théâtral pourtant remâché fonctionne : tandis que les "spectateurs" huent les chanteurs, une partie des vrais spectateurs tentent de calmer la vindicte par des "chuuuts" embarrassés. Passé l'étonnement, la salle se fait complice, et le rideau tombe sur le fiasco attendu d'Oranzeb.

Les mamma commentent le désastre et l'on découvre que l'impresario, finalement le plus sensé de cet aréopage de Narcisses, s'est enfui avec la recette. Chacun se console et se rassure de l'échec en tournant contre lui, et contre la race des impresarii, la furie collective. Un lieto finale à l'absurdité ravageuse, ultime pirouette d'un livret à la modernité stupéfiante. 

Musicalement, Gassmann alterne le pur buffa - l'impresario a par exemple des faux airs de Figaro, les ensembles électriques semblent préfigurer... certains crescendo rossiniens ! - et la caricature. Certains des pastiches d'airs à convention donnent un résultat digne de figurer dans bon nombre d'opera seria. L'interminable ouverture de l'Oranzeb, au début du troisième acte, est un modèle de pauvreté musicale et d'affligeante grandiloquence. En parfait accord avec son livret, la musique de Florian Gassmann est facétieuse et euphorisante.

Comment ne pas associer à cette réussite théâtrale et musicale une incroyable troupe de chanteurs acteurs, qui, non contents de se livrer aux écarts vocaux les plus fous, aux ornementations les plus délirantes, aux suraigus, aux trilles, aux vocalises jusqu'à la fausse fausse-note, chantent en jouant à la perfection.

Naturellement, les trois "divas harpies" mènent vocalement le bal, et nos oreilles ont bien du plaisir à les entendre, particulièrement Alexandrina Pendatchanska, qui assume une tessiture tout bonnement inhumaine. Le public ne s'y trompe pas et lui fait un triomphe.

La délicate Miah Persson, fidèle de René Jacobs, est une Smorfiosa hypocondriaque à souhait, sa voix agile et gracieuse rend justice à son personnage névrotique. Janet Williams enfin est une Porporine dynamique à souhait.

En "Ritournelle", le chanteur vedette, Mario Zeffiri fait valoir son timbre de ténor rossinien, déployant un excellent falsetto et une vaillance qui lui permet d'affronter les tensions de l'emploi. Pietro Spagnoli, habitué des grands rôles mozartiens, délivre dans le rôle majeur de l'impresario, seul personnage non psychotique, un chant impeccable, une diction parfaite et une vaillante projection. Mention particulière aux trois "mamma", qui réussissent l'exploit, passé la première surprise, de nous faire croire à leur personnage burlesque, et à Dominique Visse, dont il faut une fois encore saluer l'incroyable abattage scénique.

Félicitons enfin l'excellent Concerto Köln, qui mène la danse avec précision, sous la baguette (virtuelle, il dirige de la main) d'un René Jacobs qu'il faut louer pour cette magnifique découverte.

Décidément, le Théâtre des Champs-Élysées, après une superbe Petite Renarde Rusée, et avant une Cenerentola prometteuse, nous offre une saison superbe. Mais où donc étaient les caméras ? Alors que dans certaines maisons on capte de plus grises productions, cette soirée mémorable aurait mérité d'être conservée en images pour la postérité ! Tant pis, on se rattrapera grâce à la captation réalisée par France Musiques et diffusée le 14 juin prochain (à 19 h 30).


Frédéric Théret



МП3 80 МБ

http://mshare.ru/1895074447

https://yadi.sk/d/0rCHPf9ORiJpy


Также:

Гассман. Освобождённая Ветулия (оратория)

Сальери "Сначала музыка, потом слова"; Моцарт "Директор теарта", сравним?

Джон Гей, Иоганн Кристоф Пепуш. Опера нищего

Фердинанд Герольд опера "Цампа"

Приятного ознакомления!


Категория: аудио | Просмотров: 5142 | Добавил(а): Cassis
Важно: что делать, если ссылка на скачивание не работает.
Понравился материал?
Ссылка
html (для сайта, блога, ...)
BB (для форума)
Комментарии
Всего комментариев: 5
1. Сергей Самусенко (friedenstaube)   (30 Сентября 11 19:43)
Ой, как интересно и весело!!! А полностью весь спектакль на DVD не записывался? Вот бы посмотреть!

2. Виталий Кассис (Cassis)   (30 Сентября 11 19:54)
Я не нашел. Было несколько постановок в разных оперных театрах и мне известно только об этой звуковой записи.

5. Денис (denis_kutalyov)   (08 Октября 11 22:29)
Что ж... Тогда вот вам ещё одна запись:
http://intoclassics.net/news/2011-10-08-25415
;)
Качество звучания там получше, чем здесь.

3. почитатель (kubra)   (30 Сентября 11 22:45)
Вот и Гленн Гульд не понимал тех господ, которые ходят на концерты... rolleyes

4. максим (amor)   (01 Октября 11 00:52)
Браво!!!!!Спасибо!!!!!

Добавлять комментарии могут только зарегистрированные пользователи.
[ Регистрация | Вход ]

Уникальные розы всех цветов радуги:радужные и синие в магазине Барселона
Аудио/видеозаписи и литература предоставляются исключительно для ознакомления. После ознакомления они должны быть удалены, иначе, вероятно, Вами будет нарушен закон "об авторском праве и смежных правах".
Помощь тяжело больным детям. Подробнее.
Форма входа








ПОГРУЖЕНИЕ В КЛАССИКУ. Здесь живет бесплатная классическая музыка в mp3 и других форматах.